Une

4 idées pour atténuer la pollution de l’air à Tarbes et dans les Hautes Pyrénées

Plusieurs cabinets d’ avocats envisagent désormais des actions collectives pour établir des responsabilités.

Tarbes et les Hautes Pyrénées font face à une nouvelle journée de pollution de l’air aux particules fines ce mardi. Cette pollution est responsables de nombreuses maladies et décès à en croire les spécialistes de l’Organisation Mondiale de la Santé. S’il est impossible d’intervenir sur  les causes météorologiques de cette pollution -situation anticyclonique et absence de vent-. Des solutions existent pour amoindrir les facteurs humains de cette pollution particulièrement dangereux pour l’organisme : fumées industrielles, fumées de chauffages et émission de gaz automobiles

La préfecture des Hautes Pyrénées a décidé de prolonger l’arrêté interdisant la pratique de l’écobuage. Une bonne chose mais manifestement insuffisante. Dans d’autres villes touchées par la pollution des solutions ont été testées. Parfois avec succès. Quelles mesures mettre en place sans bouleverser l’économie locale ?

1- accroître l’offre de transports en commun et interdire certains accès aux voitures

Il s’agit d’agir sur les émissions de gaz produites par les automobiles. La solution de la circulation alternée, quelque peu inégalitaire, peut être remplacée, à l’instar des villes de Londres ou Strasbourg, par des interdictions pures et simples. Une solution qui exige en parallèle une offre de transports en commun accrue.

2- optimiser les aides locales à la rénovation énergétique des bâtiments

Des aides nationales et régionales existent. Mais la rénovation énergétique d’un immeuble demeure une opération financièrement élevée. Elle pourrait pourtant permettre de réduire fortement les émissions de gaz de chauffage.

3- envisager des restrictions plus sévères dans l’industrie et l’agriculture

4- Baisse de la vitesse autorisée sur les routes des territoires touchés par la pollution

Les spécialistes estiment que baisser des quelques unités la vitesse autorisée sur les routes permet de réduire les émissions de particules fines produites par les moteurs y compris diésel. Pourquoi ne pas exiger une réduction de la vitesse autorisée de 20 km/h en faisant baisser la vitesse maximale de 130 à 110 sur l’autoroute A64 et 70 sur les routes nationales du département ?

 

Cet article a été modifié le 3 janvier 2017 19 h 10 min

Partager

Articles Récents

Voici la composition du gouvernement Borne

Voici la composition du gouvernement : Sur la proposition la première ministre : Monsieur Bruno Lemaire, Ministre de l'Economie Monsieur…

20 mai 2022

La police alerte aux arnaques aux fausses convocations

La police des Hautes Pyrénées vient de relayer une alerte émanant de la police nationale concernant un nouveau type d'arnaque…

20 mai 2022

Le peloton de Gendarmerie de Haute Montagne fêtera son anniversaire au Lac d’Estaing

Le peloton de gendarmerie de haute montagne PGHM des Hautes-Pyrénées fêtera son anniversaire en public sur le site du lac…

20 mai 2022