Un journaliste de l’AFP tué à Kaboul

Kaboul journaliste AFPLa Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné lundi l’attaque contre un hôtel dans la capitale afghane Kaboul, qui a eu lieu jeudi 20 mars et qui a fait neuf morts, dont le journaliste Sardar Ahmad de l’Agence France presse (AFP). « Je suis très attristée par cette terrible attaque et j’exprime mes condoléances aux familles de toutes les victimes. Cette attaque est non seulement une tragédie, c’est un affront contre le peuple afghan qui souhaite construire une société pacifique et ouverte », a déclaré Mme Bokova dans un communiqué de presse. « Sardar Ahmad contribuait à cet effort. Par son travail de journaliste, il contribuait à la libre circulation d’informations qui est essentielle à une société libre, stable et dynamique. Sa disparition sera ressentie par tous les professionnels des médias courageux qui cherchent à servir cet objectif, souvent au péril de leur vie. J’exhorte les autorités afghanes à assurer que les auteurs de ce crime soient traduits en justice », a-t-elle ajouté. Selon la presse, quatre assaillants armés ont fait irruption dans l’hôtel lors des célébrations du Norouz, qui marque le début du printemps selon la tradition afghane et persane. Neuf personnes ont été tuées, dont M. Ahmad, son épouse et ses deux enfants ainsi que plusieurs autres. Photo CC by sa 3.0/Casimiri

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.