Terrorisme, Irak, Mali. François Hollande réuni le conseil de défense

Hollande a réuni le conseil de défense pour accentuer son action au Mali
Malgré la présence de troupes internationales, la situation s’est détériorée ces dernières semaines au Nord Mali.

François Hollande a réuni mercredi matin son conseil de défense. Au programme : la sécurité sur le territoire de la République et l’action des forces françaises au Moyen Orient et au Mali. A l’issue de cette réunion entre pouvoir politique et autorités militaires, des forces supplémentaires pourraient être déployés au Mali. Le communiqué de presse de l’Elysée 

Le conseil de défense et de sécurité nationale a fait le point des enquêtes sur les projets terroristes dirigés contre le territoire français et a apprécié les mesures de sécurité adaptées.

A LIRE AUSSI : notre dossier Irak et guerre contre Daech 

Il a en particulier examiné l’avancée des actions menées depuis les attentats de Paris et de Saint-Denis pour renforcer la sûreté des transports et mobiliser les opérateurs, notamment pour la sécurisation des aéroports et des gares ferroviaires.

Le conseil a également considéré l’évolution de la situation des opérations menées par les forces françaises à l’extérieur du territoire national.

A LIRE AUSSI : Au Mali la situation se détériore

Le Président de la République a demandé de prendre les mesures nécessaires pour appuyer les autorités maliennes dans la recherche des commanditaires de l’attentat perpétré à Gao le 18 janvier. Il a indiqué que la France restait pleinement engagée aux côtés de la mission des Nations unies, du Gouvernement malien et des parties signataires, pour la mise en œuvre de l’accord de paix et de réconciliation au Mali et pour la lutte contre les groupes armés terroristes qui s’attaquent aux populations du Sahel.

Le Président de la République a indiqué que l’appui aux forces qui combattaient Daech en Irak comme en Syrie demeurait indispensable au renforcement de notre propre sécurité.

Vidéo – Mali : l’attentat le plus meurtrier de l’histoire récente du pays Label : Le Monde 19/01/2017 Un attentat suicide, revendiqué par Al-Mourabitoune, visant des combattants de groupes armés signataires de l’accord de paix au Mali a fait près de 60 morts mercredi à Gao, principale ville du nord du pays. Mercredi 18 janvier, un attentat suicide a visé un camp militaire à Gao, situé au nord du Mali. Un véhicule a pénétré dans le camp écrasant ceux qui se trouvaient sur son chemin, avant d’exploser. Le camp abritait 600 combattants appartenant à la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion à dominante touareg) ou à des groupes armés pro-gouvernementaux qui ont signé en juin 2015 l’accord de paix au Mali. L’attentat a fait près de 60 morts et 115 blessés et a été revendiqué par le groupe islamiste Al-Mourabitoune, rallié à Al-Qaida au Maghreb islamique. AQMI a affirmé, dans un communiqué, que cette opération visait à punir les organisations qui collaborent avec les troupes françaises présentes dans le pays.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.