Pyrénées

Pyrénées. Ils veulent remplacer les trois ours tués

En 2020, trois ours sont morts, tués par l’homme, deux criblés de balles, un empoisonné. C’est dire les tensions qui existent dans les montagnes pyrénéennes, tant bien du côté espagnol que français. Les paysans, excédés, ne veulent pas des ours dans leurs pâturages, les défenseurs de la nature et de la biodiversité disent, de leur côté qu’une cohabitation est possible. Entre les deux partis, l’Etat français ne bouge pas. Pourtant, le 29 janvier dernier, la Commission européenne a demandé à l’Etat français et espagnol, à la demande de 28 associations, dont Ferus, de remplacer les trois ours tués par l’homme. La Commission européenne demande également à l’Espagne et à la France, de trouver les responsables de ces tueries et de respecter les dispositions du plan d’actions « Ours brun 2018-2028 ». Ces associations avaient mis l’Etat en demeure le 25 janvier dernier. Car selon la Commission européenne et les associations de défense des ours, les conditions de conservation des ours dans les Pyrénées sont défavorables. En effet, l’office français de la biodiversité (OFB) indiquait qu’en 2019, il y avait 52 ours. ITV : Patrick Leyrissoux, administrateur de l’association Ferus

Cet article a été modifié le 3 février 2021 8 h 45 min

Partager

Articles Récents

Covid19. le nombre d’hospitalisations et de décès en forte hausse

Santé Publique France vient de publier ses dernières données sur l'évolution de la pandémie de COvid19 en France. La situation…

30 juillet 2021

Gers – hausse des cas de Covid chez les jeunes, le préfet décide de nouvelles restrictions

Toute la France fait face à la 4e vague de Covid19 liée au variant delta. Partout, les taux d'incidence qui…

30 juillet 2021

85 % des personnes hospitalisées sont non vaccinées contre le Covid-19

Environ 85 % des personnes hospitalisées sont non vaccinées contre le Covid-19. Les personnes non vaccinées contre le Covid-19 représentent…

30 juillet 2021

Ce site utilise des Cookies