Nouvelles perquisitions à Toulouse et dans le Tarn

Le quartier Bellefontaine à Toulouse classé Zone de Sécurité Prioritaire, plaque tournante du trafic de drogue à Toulouse Photo (c) Google Map
Le quartier Bellefontaine à Toulouse classé Zone de Sécurité Prioritaire, plaque tournante du trafic de drogue à Toulouse Photo (c) Google Map
Le quartier Bellefontaine à Toulouse classé Zone de Sécurité Prioritaire, plaque tournante du trafic de drogue à Toulouse Photo (c) Google Map

5 personnes visées dans le Tarn

De nouvelles perquisitions administratives ont été menées dans la nuit de jeudi à vendredi à Toulouse et dans le Tarn à Gaillac et Graulhet. Plusieurs personnes soupçonnées de liens avec les milieux radicalisés ont été arrêtées.

L’état d’urgence a été prolongé sur tout le territoire pour une durée de trois mois. Dans ce cadre juridique d’exception, de nouvelles perquisitions administratives ont été menées dans la région cette nuit par des unités de police, assistées des commando du Raid. Ces perquisitions ont eu lieu dans le quartier Bellefontaine à Toulouse mais aussi à Gaillac et Graulhet. Dans le Tarn, 5 individus ont fait l’objet de perquisitions administratives ce vendredi matin a précisé la préfecture. A Toulouse, dans le quartier Bellefontaine, par ailleurs plaque tournante du trafic de drogue à Toulouse, plusieurs arrestations auraient eu lieu.

Depuis les événements du vendredi 13 novembre, plusieurs centaines d’interventions ont été menées en France. De nombreuses personnes soupçonnées de lien avec les filières radicales ont été arrêtées et placées en garde à vue. Plusieurs armes de guerre ont été saisies lors de ces opérations qui ne sont pas en lien avec l’enquête sur les attentats de Paris. Des saisies de drogue ou d’importantes sommes d’argent en liquide ont donné lieu à des procédures judiciaires incidentes.

Lors du vote de la loi prorogeant le régime de l’état d’urgence, les parlementaires ont octroyé de nouvelles armes juridiques pour les forces de l’ordre et notamment la possibilité de saisir des données informatiques. Par ailleurs, les policiers et gendarmes, pourront désormais une arme y compris lorsqu’ils ne seront pas en service.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.