Laurent Tailhade ami de Verlaine ou Zola, qui est cet illustre Tarbais ?

Laurent Tailhade Tarbes
Photo DP/Gallica/BNF

La Ville de Tarbes vient d’annoncer avoir procédé auprès de l’Association Guillaume Mauran au rachat de documents de Laurent Tailhade, afin de reconstituer le fonds d’archives. Mais qui est Laurent Tailhade ?

Laurent Tailhade, né à Tarbes le 16 avril 1854 et mort à Combs-la-Ville le 2 novembre 1919, est un polémiste, poète, conférencier pamphlétaire libertaire et franc-maçon français. Il usa de nombreux pseudonymes : Azède, El Cachetero, Dom Junipérien, Lorenzaccio, Patte-Pelue, Renzi, Tybalt.

Le poète satirique et libertaire Laurent Tailhade est issu d’une vieille famille de magistrats et d’officiers ministériels, lesquels, pour l’empêcher de s’adonner à la vie de bohème littéraire, l’obligèrent à faire un mariage bourgeois et à se confiner dans l’ennui doré de la vie de province. Il est le fils du magistrat Félix Tailhade.

« Libéré » à la mort de sa femme, Tailhade put gagner la capitale et dilapider en quelques années tout son bien, en s’adonnant à la vie qu’il désirait mener depuis toujours. Devenu l’ami de Verlaine, Jean Moréas, Albert Samain, Sacha Guitry et Aristide Bruant, Tailhade, tout en écrivant des vers influencés par les Parnassiens, développait sa fibre anarchiste et anticléricale dans des poèmes et des textes polémiques et d’une vigueur injurieuse peu commune.

Son nom devint populaire à partir de décembre 1893, lorsqu’il proclama son admiration pour l’attentat anarchiste d’Auguste Vaillant avec une phrase fameuse : « Qu’importe de vagues humanités pourvu que le geste soit beau ! »

Par une étrange ironie du sort, Tailhade fut lui-même victime quelques mois plus tard, alors qu’il dînait au restaurant Foyot, d’un attentat anarchiste, d’où il ressortit avec un œil crevé ; mais il ne se renia nullement et continua à afficher son anarchisme de manière encore plus déterminée. C’était un habitué des duels (plus de 30 à son actif), et il avait été blessé plusieurs fois par ses adversaires, notamment par Maurice Barrès.

En 1892, il noue une relation avec Edward Sansot et plus tard avec Anne Osmont.

En 1902, lors des obsèques d’Émile Zola, il en prononce le panégyrique (lui-même, comme Zola, était dreyfusard) ; il est reconnaissant que ce dernier soit venu le défendre, au nom de la défense de la liberté de la presse, à la barre du tribunal l’année précédente lorsqu’il était poursuivi pour avoir écrit dans Le Libertaire un article incendiaire constituant un véritable appel au meurtre à l’encontre du tsar Nicolas II qui fait en 1901 sa seconde visite en France. Il est pour cela condamné à un an de prison ferme et séjourne environ six mois à la prison de la Santé entre octobre 1901 et février 1902. (avec Wikipedia) https://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Tailhade

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.