Monde

La pollution de l’air “problème de santé le plus important de notre époque”

Environ 90% des personnes vivent au quotidien en respirant un air pollué nocif, qui est décrit par les Nations Unies comme le problème de santé le plus important de notre époque

Pour marquer la première Journée internationale de l’air pur pour un ciel bleu, le 7 septembre, ONU Info explique à quel point cette situation est grave et ce qui est fait pour y faire face.

1) La pollution de l’air tue des millions de personnes et nuit à l’environnement

Elle ne fait peut-être plus les gros titres ces derniers mois, mais la pollution de l’air reste un danger mortel pour beaucoup : elle entraîne des maladies telles que les maladies cardiaques, les maladies pulmonaires, le cancer du poumon et les accidents vasculaires cérébraux, et on estime qu’elle cause un décès prématuré sur neuf, soit environ sept millions chaque année.

La pollution de l’air nuit également à notre environnement naturel. Elle diminue l’apport d’oxygène dans nos océans, rend la croissance des plantes plus difficile et contribue au changement climatique.

Pourtant, malgré les dommages qu’elle cause, des signes inquiétants montrent que la pollution de l’air n’est pas considérée comme une priorité dans de nombreux pays : dans la toute première évaluation des lois sur la qualité de l’air, publiée le 2 septembre par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), il a été a révélé qu’environ 43% des pays ne disposent pas d’une définition légale de la pollution de l’air, et près d’un tiers d’entre eux n’ont pas encore adopté de normes de qualité de l’air extérieur légalement obligatoires.

2) Les principales causes

Cinq types d’activités humaines sont responsables de la majeure partie de la pollution atmosphérique : l’agriculture, les transports, l’industrie, les déchets et les ménages.

Les processus agricoles et l’élevage produisent du méthane, un gaz à effet de serre extrêmement puissant et une cause d’asthme et d’autres maladies respiratoires. Le méthane est également un sous-produit de la combustion des déchets, qui émet d’autres toxines polluantes, qui finissent par entrer dans la chaîne alimentaire. Pendant ce temps, les industries libèrent de grandes quantités de monoxyde de carbone, d’hydrocarbures, de particules et de produits chimiques.

Les transports continuent d’être responsables de la mort prématurée de centaines de milliers de personnes, malgré l’élimination mondiale des carburants dangereux au plomb fin août. Cette étape a été saluée par de hauts responsables de l’ONU, dont le Secrétaire général, qui a déclaré qu’elle permettrait d’éviter environ un million de décès prématurés chaque année. Cependant, les véhicules continuent de cracher des particules fines, de l’ozone, du noir de carbone et du dioxyde d’azote dans l’atmosphère; on estime que le traitement des problèmes de santé causés par la pollution de l’air coûte environ 1.000 milliards de dollars par an dans le monde.

Bien qu’il ne soit pas choquant d’apprendre que ces activités sont nocives pour la santé et l’environnement, certaines personnes pourraient être surprises d’apprendre que les ménages sont responsables d’environ 4,3 millions de décès chaque année. En effet, de nombreux ménages brûlent des feux ouverts et utilisent des poêles inefficaces à l’intérieur des maisons, crachant des particules toxiques, du monoxyde de carbone, du plomb et du mercure.

3) C’est un problème urgent

La raison pour laquelle l’ONU tire la sonnette d’alarme à ce sujet maintenant, c’est que les preuves des effets de la pollution de l’air sur les humains s’accumulent. Ces dernières années, l’exposition à la pollution de l’air s’est avérée contribuer à un risque accru de diabète, de démence, de troubles du développement cognitif et de niveaux d’intelligence inférieurs.

De plus, nous savons depuis des années qu’elle est liée aux maladies cardiovasculaires et respiratoires.

L’inquiétude suscitée par ce type de pollution va de pair avec une action mondiale accrue pour lutter contre la crise climatique : il s’agit d’un problème environnemental autant que d’un problème de santé, et des actions pour nettoyer le ciel contribueraient grandement à réduire le réchauffement climatique.

D’autres effets nocifs sur l’environnement comprennent l’appauvrissement des sols et des cours d’eau, les sources d’eau douce menacées et la baisse des rendements des cultures.

4) L’amélioration de la qualité de l’air est une responsabilité du gouvernement et du secteur privé

À l’occasion de la Journée internationale de l’air pur pour un ciel bleu, l’ONU appelle les gouvernements à faire davantage pour réduire la pollution atmosphérique et améliorer la qualité de l’air.

Les actions spécifiques qu’ils pourraient prendre comprennent la mise en œuvre de politiques intégrées sur la qualité de l’air et le changement climatique ; l’élimination progressive des voitures à essence et diesel ; et s’engager à réduire les émissions du secteur des déchets.

Les entreprises peuvent également faire la différence, en s’engageant à réduire et éventuellement à éliminer les déchets ; le passage à des véhicules à faibles émissions ou électriques pour leurs flottes de transport ; et trouver des moyens de réduire les émissions de polluants atmosphériques de leurs installations et chaînes d’approvisionnement.

5) … et c’est aussi notre responsabilité

Au niveau individuel, comme le montre le coût néfaste des activités ménagères, beaucoup de choses peuvent être accomplies si nous modifions nos comportements.

Des actions simples peuvent inclure l’utilisation des transports en commun, le vélo ou la marche ; réduire les déchets ménagers et le compostage ; passer à un régime à base de plantes; et la conservation de l’énergie.

Le site Web de la Journée internationale contient plus d’idées d’actions que nous pouvons entreprendre et comment nous pouvons encourager nos communautés et nos villes à apporter des changements qui contribueraient à un ciel plus propre : il s’agit notamment d’organiser des activités de plantation d’arbres, de sensibiliser le public avec des événements et des expositions, et s’engager à étendre les espaces verts.

Cet article a été modifié le 8 septembre 2021 7 h 36 min

Partager

Articles Récents

Maubourguet – 136 pieds de cannabis découverts par les gendarmes

Lundi 20 septembre 2021, au cours d'une patrouille de gestion des événements, les gendarmes de la communauté de brigades de…

21 septembre 2021

Une ferme de Cannabis démantelée par les Gendarmes des Hautes Pyrénées

Après enquête des gendarmes de Saint Laurent de Neste, un homme a été arrêté. Il produisait du Cannabis sur la…

21 septembre 2021

Vers un passe sanitaire territorialisé ? Voici les 34 départements sous le seuil d’alerte

Vers un passe sanitaire territorialisé ? Voici les 34 départements sous le seuil d'alerte. Le ministre de la Santé, Olivier…

20 septembre 2021

Ce site utilise des Cookies