Le gouvernement a réuni le comité stratégique de la filière aéronautique française

Toulouse3000.fr idées cadeaux et Bonnes Affaires au prix du Web CLIQUER Ici
Emploi, écologie, Innovation. le plan du gouvernement pour l'Aéronautique
La filière aéronautique représente plus de 350 000 emplois directs sur le territoire national.

Le gouvernement vient de réunir le comité stratégique de la filière aéronautique française. Le gouvernement indique vouloir peser sur les orientations de cette filière stratégique pour l’économie française.

Myriam EL KHOMRI, Ministre du Travail, Alain VIDALIES, secrétaire d’État chargé des Transports et Christophe SIRUGUE, secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie ont réuni vendredi 6 janvier le Comité stratégique de la filière aéronautique du Conseil national de l’Industrie. A l’issue de cette rencontre le gouvernement annonce vouloir aider la filière dans trois directions : l’emploi, l’écologie et l’innovation.

« Le Gouvernement est ainsi pleinement mobilisé aux cotés de la filière pour l’accompagner dans la gestion de ces transitions, dans l’objectif de maintenir et de développer la place de la France dans l’industrie aéronautique mondiale »

Renforcer la chaîne de sous-traitance et le tissu industriel

Les ministres « se félicitent » des bons résultats présentés par le Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales (GIFAS) pour les actions en faveur du développement des performances industrielles du tissu de sous-traitance. Plus de 400 PME ont bénéficié d’un accompagnement personnalisé, totalisant plus de 5000 heures de formation. Ces actions, soutenues par l’Etat, seront renforcées pour que les succès commerciaux exceptionnels de l’aéronautique française constituent un levier d’amélioration pérenne du tissu industriel.

Agir sur la formation pour augmenter l’emploi

Les ministres ont salué les actions menées par le GIFAS, les Régions, Pôle emploi et le Ministère du Travail au sein des DIRECCTE, pour identifier les besoins de l’industrie, former les demandeurs d’emploi et promouvoir les métiers de l’aéronautique. Les ministres appellent de leurs vœux l’extension de ces actions vers d’autres régions et d’autres filières industrielles qui partagent des priorités de recrutement avec la filière aéronautique.

Moderniser l’outil productif avec l’Industrie du Futur

Les ministres saluent l’engagement de la filière aéronautique dans l’Industrie du Futur, illustrée par les cinq sites aéronautiques labellisés « Vitrines de l’industrie du futur » des entreprises Airbus, Safran, Daher et Figeac Aéro. L’adhésion récente du GIFAS à l’Alliance Industrie du Futur permettra, avec le soutien de l’Etat, de renforcer ces actions en direction des PME.

Innover pour préparer l’avenir

La concurrence émergente de nouveaux pays (Brésil, Chine, Russie) nécessite de poursuivre et renforcer l’effort d’innovation de la filière, pour assurer son avance technologique sur ses concurrents, en lien avec le Conseil pour la recherche aéronautique civile (CORAC).

Les ministres rappellent l’engagement fort de l’Etat, notamment à travers le Programme d’investissements d’avenir, qui a bénéficié à hauteur de 2,5 milliards d’euros à la filière entre 2010 et 2016, et la sanctuarisation du Crédit d’impôt recherche, premier dispositif de soutien public à la R&D des entreprises avec plus de 5 milliards d’euros annuels.

La filière aéronautique française est une filière d’excellence qui réalise plus de 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires, dont 80% réalisé à l’export. Première industrie exportatrice française, elle contribue positivement à la balance commerciale à hauteur de 22 Md€ et représente plus de 350 000 emplois sur le territoire national. L’Etat est fortement engagé aux côtés de la filière à l’export, l’aéronautique civile représentant plus de 21 Mds€ d’encours de garanties publiques.

Le Conseil national de l’industrie est une instance permanente d’expertise et de consultation pour le gouvernement, représentative de tous les acteurs de l’industrie. C’est un lieu d’élaboration et de conduite d’actions de transformation et de développement du tissu productif français à travers ses quatorze Comités stratégiques de filière (CSF)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *