Edmonde Charles-Roux. hommage de Fleur Pellerin

Hommage de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, à Edmonde Charles-Roux

C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris la disparition d’Edmonde Charles-Roux.

Avec un premier roman au titre inoubliable, Oublier Palerme, l’un des plus célèbres prix Goncourt de ce dernier demi-siècle, elle avait fait une entrée triomphale dans le monde des lettres. C’était en 1966. En 2002, Edmonde Charles-Roux allait devenir la deuxième femme après Colette à être élue présidente de cette même Académie.

Lectrice au goût très sûr, Edmonde Charles-Roux poursuivit de front plusieurs activités, la littérature, bien sûr, mais aussi, le journalisme et un engagement politique sans faille.

Elle s’est bâtie une vie de femme libre, indépendante et passionnée, à l’image de ces grandes figures auxquelles elle a donné une nouvelle vie, avec un rare talent de biographe. Je pense, bien sûr, à Coco Chanel, dont elle fit un portrait admirable dans L’Irrégulière, en 1974.

Résistante durant la guerre, elle le fut toute sa vie. Edmonde Charles-Roux a toujours œuvré, comme son mari Gaston Defferre, à la lutte contre les inégalités et les injustices. C’est elle qui la première avait souhaité mettre une femme de couleur en couverture de Vogue en 1966, dont elle était rédactrice en chef. Elle en paiera le prix. Femme de lettres et de courage, elle ne cessa d’être les deux à la fois.

J’adresse mes sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.