Centrafrique : la guerre a détruit les moyens de subsistance

La crise sans précédent sévissant en République centrafricaine dévaste l’économie et la capacité des populations de satisfaire leurs besoins élémentaires, ont déclaré l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM) dans un rapport d’évaluation publié cette semaine. Les deux agences des Nations Unies ont averti qu’il fallait déployer en République centrafricaine, au cours des 18 prochains mois au minimum, une vaste opération humanitaire de longue durée pour endiguer le tribut de plus en plus lourd payé par la population et jeter les bases d’une reconstruction des moyens d’existence. D’après le rapport, les conflits généralisés depuis décembre 2012 ont causé la destruction des moyens de subsistance, des cultures vivrières et commerciales, de l’élevage et de biens de production essentiels dans tout le pays. En conséquence, environ 1,6 million de personnes directement victimes de la crise ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence, soit plus du double du niveau estimé il y a un peu plus d’un an, en février 2013. Qui plus est, fin mars, on comptait quelque 625.000 individus déplacés par le conflit. Depuis le début de l’année 2013, les Centrafricains sont accablés par de graves problèmes d’accès à la nourriture, compte tenu des disponibilités réduites, de l’interruption des échanges et de la perte de leur pouvoir d’achat. Le chômage est endémique dans tous les secteurs.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.