Les animaux protégés de plus en plus victimes de trafic

Le commerce illégale d’espèces en voie d’extinction et le braconnage n’ont jamais été aussi important que depuis les 10 dernières années. Chaque année 500 à 600 millions de poissons, 15 millions d’animaux à fourrure, 5 millions d’oiseaux, 2 millions de reptiles, 30 000 primates viennent nourrir ce commerce. Un éléphant meurt toutes les 15 minutes pour son ivoire, et trois rhinocéros sont tués tous les jours, voilà pour les chiffres. Malgré les lois pour lutter contre le braconnage et le commerce illégale, l’appât du gain est toujours le plus fort. Le trafic d’animaux sauvages est la quatrième activité illicite la plus lucrative au monde derrière le trafic de drogue, de contrefaçons et la traite d’êtres humains. Pour lutter contre ces ignobles trafics, il est important d’agir à plusieurs niveaux. Il faut stopper la demande dans certains pays très demandeurs en mettant en place des règlementations sociales rigoureuses. Avec internet, il devient d’autant plus compliqué de contrôler la vente des animaux exotiques. Si rien n’est fait pour lutter contre ce trafic, le monde risque de connaître la 6ème extinction de masse des vertébrés, la première liée à l’homme. De plus en plus de trafic d’espèces animales protégées Label : Daily Geek Show Date d’ajout : 30/03/2018

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.